Que signifie "la France est en guerre"
J'ai écrit dans le dernier article (en japonais) "Le président Hollande a fortement accusé l'acte de guerre commis par une armée terroriste, mais il n'a peut-être pas définitivement déclaré que la France était ou serait en guerre (contrairement au premier ministre et à l'ancien président). Je voudrais donc espérer quand même qu'il trouve quelque moyen afin d'éviter la guerre." Mon moindre espoir a été rejeté assez immédiatement. Le 16, devant le Parlement réuni en Congrès, il a déclaré que "la France est en guerre contre Daech" et qu'"il ne s'agit pas de contenir, mais de détruire cette organisation." Une standing ovation assez longue, puis, La Marseillaise. C'était, selon des journalistes, la troisième fois que l'ensemble des parlementaires chantent l'hymne national dont les paroles me font imaginer une scène assez violente, alors en regardant la télé je me suis dit "ah, ça commence vraiment."

Le 17 (veille de l'opération à Saint-Denis), le Figaro et RTL ont publié les résultats de leur sondage réalisé le 16. Voici quelques chiffres:
・59% des Français approuvent les déclarations ("la France est désormais entrée en guerre") et les conséquences que cela implique
・84% sont d'accord pour accepter davantage de contrôles
・74% sont favorables à l'emprisonnement des personnes qui figurent sur ce fichier S.
・85% approuvent l'intervention militaire en Syrie

En lisant, j'étais un peu étonné. De grands politiciens avaient très fréquemment prononcé le mot "guerre" depuis le vendredi 13, et les presses, les radios et les chaînes de télévision l'avaient toujours répété, cependant, le taux d'approbation sur la guerre "s'est retenu" à 59%, je me suis dit. Mais c'était vrai qu'il n'y avait pas beaucoup de Français interrogés qui utilisaient le mot "guerre", même s'ils exprimaient leur colère et chagrin. J'ai donc pensé qu'un sentiment de résistance au mot "guerre" reste quand même dans un certain nombre de citoyens français.

Comparé au citoyen français, de grands politiciens français prononcent le mot "guerre" avec une fréquence anormale, cela me rend désespéré. Mais concernant ce mot, ma compréhension est en train de changer. Tout d'abord j'avais supposé que, par la répétition de ce mot, les politiciens visaient à provoquer une opinion publique plus favorable aux attaques contre Daech, soit l'intervention militaire en Syrie. Maintenant, après avoir vu l'opération à Saint-Denis du 18 et de nombreuses interpellations réalisées immédiatement depuis le 15 qui ont effectivement découvert des armes, l'utilisation aussi fréquente du mot "guerre" a, il me semble, pour but de maintenir la sécurité publique.

Déjà en avril cinq attentats ont été déjoués en France ces derniers mois-là (Le Monde, le 23 avril 2015), et en septembre on connaissait déjà un projet des attentats contre une salle de concert (Le Monde, le 18 septembre 2015). Le gouvernement devait avoir une conscience assez forte sur le risque de terrorisme en France. Mais il n'y avait probablement pas assez de preuves pour l'interpellation. Alors, après les attentats du 13, ce n'est plus possible de laisser les risques sur le territoire de sorte que de nombreuses interpellations ont eu lieu dans le cadre de l'état d'urgence.

Du coup, par l'expression très forte "la France est en guerre" était peut-être choisie afin de sensibiliser au maximum les citoyens au risque de terrorisme et afin d'obtenir une reconnaissance des citoyens sur la mobilisation de tous les moyens pour la sécurité du territoire. Le sondage ci-dessus montre que la plupart des Français, les citoyens du pays des droits de l'homme, sont d'accord pour accepter davantage de contrôles et pour l'emprisonnement des personnes sur le fichier S, cela pourrait avoir été influencé par le mot "guerre" répété. Je n'aime pas supposer beaucoup comme ça sans fondement évident ni responsabilité, mais ça me semble possible avec cette supposition de comprendre un peu un motif de la répétition du mot effrayant "guerre" par des politiciens, puis, ça permet d'atténuer un peu mon inquiétude sur l'accélération mondiale des échanges de violence.



Mais, ensuite, la guerre ira jusqu'où ? Elle va déjà jusqu'où en ce moment ? Ou bien, qu'est-ce que signifie "la guerre" ici ? ... ce sont des questions. Le 14, le lendemain des attentats à Paris, l'armée française a exécuté un bombardement massif à Raqqa, désormais des bombardements français et russes y continuent. Toutefois, des bombardements à Raqqa avaient déjà été exécutés avant les attentats. (Les terroristes ont justifié leurs actes par les précédentes actions militaires françaises dans ce pays)

Reprendre le sondage. "59% des Français approuvent les déclarations ("la France est désormais entrée en guerre") et les conséquences que cela implique", et "85% approuvent l'intervention militaire en Syrie", alors d'où cet écart vient ? Il y aurait un sentiment qui veut juger par la situation de son territoire français et d'autour de soi (et c'est normal), et les situations d'autres parts ne sont pas aussi importantes (et c'est normal), donc la France n'est pas en guerre même si l'armée française exécute des bombardements ailleurs (ah?). Bon, c'est vrai que la signification de la "guerre" a changé, maintenant ce n'est plus contre un/des autres pays mais c'est contre le terrorisme, donc ces résultats doivent être examinés en considération de la compréhension incertaine selon les personnes de la phrase "la France est en guerre."

En fait c'est aussi une question posée à moi. Moi, j'avais assez peur du mot "guerre" répété par des politiciens, mais des bombardements massifs à Raqqa depuis le 14 m'étaient "de plus grands bombardements qu'avant." Ce m'étaient des présages horribles, mais je ne me sentais pas en vraie guerre. Mais, nous étions peut-être toujours en guerre, depuis longtemps. Une image de Raqqa m'a fait sentir qu'on est déjà bien en guerre.


Enfin, j'ai beaucoup réagi et résisté au mot "guerre" prononcé très fréquemment après le 13, mais probablement je me laissais entraîner par le mot. Ce n'est pas vrai qu'il n'y a pas de guerre faute du mot "guerre" prononcé, pas vrai non plus qu'on est en guerre à force du mot "guerre." Il faut donc bien essayer d'observer et de comprendre de mes propres yeux. Ce n'est pas non plus juste de comprendre qu'on est en guerre en raison d'une soule image ci-dessus. Pourtant, le 12 à Beyrouth, le 13 à Paris et à Saint-Denis, le 18 à Saint-Denis, le 20 à Bamako... on voit plus d'actes terroristes, puis il y a davantage de bombardements contre Daech à Raqqa par l'armée française et russe, alors c'est évident que la tension est en train de monter rapidement. Il faut que je continue à observer de mes propres yeux.

Au fait, je partage une chose donc je n'étais pas très conscient; il y a toujours des citoyens syriens qui ne peuvent pas évacuer à cause de leur pauvreté à Raqqa. Sous la pression de Daech et les bombardements des armées étrangères, comment-vivent les citoyens à Raqqa, qu'est-ce qu'ils voient et entendent, et qu'est-ce qu'ils en pensent ? (Les bombardements sont exécutés contre les équipements de Daech, selon les armées offensives)


Je termine cet article par des mots de Dalai Lama: "Nous ne pouvons pas régler ce problème seulement grâce à la prière. Ce sont les humains qui ont créé ce problème et maintenant nous demandons à Dieu de le résoudre. Ce n’est pas très logique. Dieu nous répondrait sans doute: réglez le vous même car c’est quand même vous qui l’avez créé. Travaillons ensemble pour la paix au sein de nos familles et de nos sociétés, n’attendez pas de l’aide de Dieu, Bouddha ou même des différents gouvernements." (i100/Independent, le 18 novembre 2015) + (yoganova, le 18 novembre 2015 en français)
[PR]
by kan-net | 2015-11-22 02:17 | 考え
<< その後のパリの様子(2015年... 「戦争」の言葉に思うこと >>